jeudi 21 juillet 2011

Les chats


Bon, mon chat d'autrefois n'est peut-être pas le plus beau du monde, mais tous les chats m'inspirent ! C'est l'épicurisme, le calme et la grâce incarnés, non ? Ils nous renvoient à la vanité de nos petites vies agitées de leur air souverainement hautain, et ça fait du bien ! Savez-vous que leurs ronronnements et leur présence font baisser la tension, et qu'ils sont "prescrits" aux personnes âgées solitaires dans certains pays ? Et combien d'artistes amoureux des chats... Pourquoi ? Baudelaire nous l'explique si bien :

Le Chat
I
Dans ma cervelle se promène,
Ainsi qu'en son appartement,
Un beau chat, fort doux et charmant.
Quand il miaule, on l'entend à peine,

Tant son timbre est tendre et discret;
Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
Elle est toujours riche et profonde.
C'est là son charme et son secret.

Cette voix qui perle et qui filtre,
Dans mon fonds le plus ténébreux,
Me remplit comme un vers nombreux
Et me réjouit comme un philtre.

Elle endort les plus cruels maux
Et contient toutes les extases;
Pour dire les plus longues phrases,
Elle n'a plus besoin de mots.

Non, il n'est pas d'archet qui morde
Sur mon coeur, parfait instrument,
Et fasse plus royalement
Chanter sa plus vibrante corde,

Que ta voix, chat mystérieux,
Chat séraphique, chat étrange,
En qui tout est, comme en un ange,
Aussi subtil qu'harmonieux!

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal

Aucun commentaire: