mercredi 7 décembre 2011

Coup de frais...

Je ne suis pas très "grosses machines", ni compétition à tout prix, et je boycotte l'achat du magazine Elle depuis longtemps en raison (entre autres et avant tout) de leurs régulières séries de mode particulièrement immondes, tant sur le plan éthique que sur le plan esthétique ("le sport matche les bêtes") consacrées à la fourrure.
Mais le concours Ellefashionlab, sur le net, c'est l'occasion de découvrir des dizaines de nouveaux créateurs, parfois éthiques, eux. Admirez, fouinez : c'est varié, c'est nouveau, c'est prometteur - et c'est gratuit ! La porte aux coups de coeur est ouverte !
http://www.brandalley.fr/LeLabListCreateur/filtre-az

J'en profite quand même pour reproduire ci-dessous le mail que j'avais envoyé au magazine (en décembre 2010)  à la suite de cette fameuse série de mode. J'espère qu'il vous touchera et/ou vous convaincra. 

Je vous écris pour m'insurger contre votre article mode du n°3388 "Bêtes de sport", qui présente à chaque page des vêtements en fourrure animale, avec, qui plus est, une tragique variété des espèces concernées, y compris sauvages.
La mode est certes plurielle, mais le vivant l'est également, et il mérite à ce titre, sans entrer dans un quelconque radicalisme, qu'on lui épargne des souffrances avérées et atroces autant qu'inutiles, puisque la mode, et à plus forte raison la haute couture, font aujourd'hui des prouesses en matière d'imitation, avec un confort, un toucher, une esthétique équivalents.
Dans un pays au climat aussi doux que le nôtre, le port de la fourrure véritable frise le ridicule ; il est généralement le vecteur d'un étalage douteux de richesse, et les célébrités les plus friandes de ce type de vêtement sont les mêmes que vous pointez du doigt régulièrement dans vos rubriques pour leur mauvais goût et leurs excès.
L'aspect magnifique, que je suis la première à admirer, du pelage animal, est à admirer sur... un animal ! Ou en belle imitation.
On peut arguer que puisque ces vêtements ont été créés, il est normal de les présenter, mais je ne le crois pas, car un boycott (voire une prise de position claire)  de la presse et par ricochet des consommatrices est le meilleur moyen de pousser les grandes maisons, toujours soucieuses de leur image, à cesser le
massacre. Certaines le font déjà.
Ou bien, pourquoi ne pas mentionner à la fin de votre article qu'avant d'acheter une fourrure, les lectrices peuvent aller voir le site
http://www.fourrure-torture.com/, (tout y est véridique), histoire de devenir des lectrices éclairées (et bientôt dégoûtées !)
En tout cas, votre ligne éditoriale n'est pas claire : à quoi bon consacrer des numéros entiers à l'environnement pour laisser ensuite la mode "matcher" les animaux ? Le seul match ici, c'est celui des désirs abscons de l'homme contre le bien-être animal, et la finale en a été jouée depuis longtemps.
Sans une publication de ce courrier et un engagement de votre part, je vous signale mon intention de boycotter votre magazine ainsi que ceux qui lui sont rattachés, et de sensibiliser le maximum de personnes de mon entourage à ce boycott. 
En espérant être lue et entendue,
Sincères salutations d'une lectrice, qui ne s'épile pas pour se recouvrir de poils ensuite !

N.B : Si vraiment vous vouez un culte à la fourrure véritable, achetez de la seconde main ! Au moins, vous n'influerez pas sur la consommation.
N.B 2 : Merci à Naf Naf qui vient d'abandonner tout élément de fourrure véritable dans ses gammes.

Aucun commentaire: