vendredi 2 janvier 2015

"Un meilleur avril"*... (sous-titre moins poétique : un mascara bio sinon rien?) *J. Brel

Bonjour et bonne année, tout le monde. 

Pour bien commencer l'année, un petit renouvellement de la trousse de maquillage (de maquillage, oui oui, diriez-vous la trousse à toilette* par hasard ?) est une idée comme une autre... 

Or donc, je m'en vais vous vanter un nouveau mascara (nouveau pour moi, j'entends : je suis toujours en retard, exilée dans ma lointaine province quelque peu étriquée... Mais tout cela va changer, je vous en reparlerai.)

Récemment, je me trouvai confrontée à un embêtement, certes mineur, mais quand même, car le mascara est la seule chose dont j'ai du mal à me passer en matière de maquillage... bon, d'accord, avec le rouge à lèvres - et pas le rouge de lèvres, car il s'agit bien cette fois d'une destination, et non plus d'un contenant indirectement destiné à une action, comme c'était le cas pour les trousses, avec lesquelles on ne se maquille pas / on ne fait pas sa toilette. En revanche on pourrait dire une trousse à crayons, comme une boîte à outils, parce qu'elles sont directement destinées à recevoir leurs compléments du nom, dans la vraie vie comme en grammaire. La grammaire modèle notre monde, savez-vous... Alors, on pourrait dire une trousse à produits de toilette, finalement. Mais c'est trop long. Vous suivez ? Nous sommes le deux janvier, l'abus de champagne n'est plus une excuse... -. 

Je reviens à mon embêtement ; je me trouvais donc oeil à oeil avec deux mascaras : 
- un mascara bio Couleur caramel qui remplissait bien son office, mais coulait abominablement à la moindre larme / bouffée de chaleur / goutte d'eau. Et moi, j'aime bien voir un homme avec du mascara sur les yeux, et pas sous / dans les yeux, voire sur le nez, donc cela risquait de poser problème à peu près tout le temps. 
- un mascara non bio Clinique dont j'avais parlé ICI, qui résistait à tout, mais en fin de vie (a pu, quoi). Un an, c'est une belle vie pour un si petit mascara (comment ça j'ai dépassé les six mois indiqués sur la boîte ?). 

J'ai hésité à le remplacer si vite, j'ai fait quelques recherches, je me suis dit que maintenant, du bio qui tient et qui fait beau, ça devait exister, et je suis tombée sur lui, le mascara Avril, avec son prix mini (6-7 euros) : 


Les nombreux + : 
- temps de séchage ni trop court ni trop long, qui permet de le travailler juste ce qu'il faut
- ne fait pas de paquets (sur les photos il y en a un peu, mais j'ai fait ça à l'arrache)
- effet recourbant et allongeant plutôt que volumateur (parfait pour moi), réel mais naturel
- goulot bien adapté à la brosse, que l'on n'a pas besoin d'alléger en produit
- belle tenue
- si l'on pleure abondamment, ou si l'on se baigne, ou si l'on veut le démaquiller, il part tout seul et sans trace, n'étant vraiment pas gras. Mais il ne tient pas, ce n'est pas un waterproof non plus ! 
- petit prix
- bio bien sûr
- bonne pigmentation 
- odeur discrète
- pas du tout irritant 

Le - : un seul, mais un gros, sa trop grosse brosse !
C'est vraiment embêtant, car 
- cela le rend inadapté aux petits cils
- cela rend le travail du cil difficile, notamment pour aller dans les angles et sur les cils du bas, deux choses importantes pour agrandir l'oeil.

Voici donc un avant après à la va-vite, et sans autre maquillage, ni lumière, ni objectif adapté *sifflote* :



J'espère vraiment que la marque fera un effort là-dessus (je vais peut-être me fendre d'un petit mot en ce sens?), et en attendant je vais le terminer bien sûr, pas de gaspillage, et il a plein d'atouts ! Je pense aussi racheter le Clinique pour les périodes de baignade, s'il existe encore.

Et puisque c'est aussi un jour à résolutions, je compte faire de 2015 une belle année pour ce blog, une année où je vais le développer comme j'en ai envie, avec une réorganisation des rubriques, des tutoriels / des vidéos, de vraies séances photo avec de tierces personnes, ... Tout cela devrait démarrer vraiment en avril (oui, comme le mascara, et le titre de l'article est donc polysémique, bravo, 20/20!), mais d'ici là, il y a aura quand même à se mettre sous la dent, bien sûr. Pourquoi en avril ? Vous le saurez en temps voulu, bande de curieux ! 

A très bientôt en ce nouveau millésime que j'accueille en partageant avec vous cette citation de François Mauriac : 
"Il ne sert à rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre." 

Et parce que c'est bon de se dire cela au moment de changer d'année, avec ou sans le "toi" de la dernière phrase... que j'ai envie de remplacer par "vous", par "moi", par plein de choses :



J'en ai des frissons, tiens. Cette musique, cette voix... même si je n'aime pas l'histoire de cette chanson, associée à la Guerre d'Algérie. Parfois on ne peut pas tout avoir, c'est comme avec le mascara (dont on trouve la première occurrence dans un Vogue de 1929, et sous la forme mascaro chez Colette en 1903, dans Claudine s'en va !. Pourtant le mascara n'est pas un masque, loin de là, il met en valeur nos regards, et un regard, ça a du mal à mentir, non?) (Si je fais trop de parenthèses, n'hésitez pas à me faire signe...) 

Sur ce petit moment de philosophie appliquée (à la brosse trop grosse),

une belle année à vous !

2 commentaires:

Laura a dit…

Très intéressante mise au point grammaticale, et c'est drôle que tu parles de mascara et d'Algérie dans le même billet, car je me suis récemment interrogée sur le lien potentiel entre la ville de Mascara et cet essentiel du maquillage... eh bien aucun lien, et pourtant cela aurait pu car le mascara était fait avec de l'antimoine des hauts plateaux d'Algérie

je note la référence bio en tout cas..

Manon Naïs a dit…

Oh que j'aime en apprendre encore plus grâce à mes cultivées lectrices !