mercredi 1 avril 2015

Week-ends bordelais, acte II scène 2

OUhouhououou, je sais, j'avais dit demain, et c'était avant-hier ! Comme le temps se joue de nous, pauvres choses... 

J'ai une bonne excuse (comme toujours^^) : il y a une robe, et des bijoux, et il n'y avait pas de soleil...

Suite promise donc : un marché, un dépôt-vente ! 

- Le dépôt-vente "Bis repetita", au 36 rue Cheverus (juste à côté de "Plume", bravo).  


Un dépôt-vente comme je les aime, c'est-à-dire mené par une patronne amoureuse des vêtements, une vraie personnalité, qui pourra vous raconter un Bordeaux disparu, qui est dans sa boutique comme chez elle, de manière communicative, et propose une sélection éclectique et originale, depuis le top Comptoir des cotonniers jusqu'au trench Isabel Marant, avec une bonne touche de vintage. 
J'en ai rapporté, pour 29 euros, une robe plissée d'été toute simple, et l'indication de sa provenance est une première dans ma garde-robe : Made in West Germany ! Aurait-elle assisté à la chute du mur ? ^^ 




+ deux modestes bijoux, dont j'ai aimé la forme, la couleur, et même l'usure :



- Le Marché des Capucins, dans l'effervescence du dimanche en fin de matinée...
J'ai été épatée. De beaux marchés, couverts ou non, ce n'est pas ce qui manque, et j'en connais d'autres... mais celui-ci m'a particulièrement plu, pour plusieurs raisons :
- l'organisation de l'espace, avec un grand centre complètement dégagé et des allées périphériques, qui permettent de profiter du tourbillonnement avant de circuler plus au calme ;
- la variété des étals, dont certains comme je n'en avais jamais vu (l'un d'entre eux présentait uniquement des herbes aromatiques fraîches, à foison) ; 
- la sympathie des commerçants et vendeurs ;
- la variété des clients, de tous âges, toutes origines, tous statuts sociaux, avenants et sympathiquement mêlés les uns aux autres ;
- la présence d'un grand nombre de véritables "restaurants" à l'intérieur. Ca, je n'avais jamais vu! Ni snacks, ni troquets, mais de véritables restaurateurs ayant comme jeté là quelques tables et un comptoir. Des moules-frites tentantes à l'italien, en passant par la cuisine traditionnelle ou japonaise...
Nous avons donc mangé japonais, chez Sushi Tom, et c'était parfait. Face au cuisinier dont nous admirions la célérité et les réalisations, entre deux dames touristes et un couple qui s'était donné rendez-vous au matin après une soirée (original, non, de prendre les choses dans ce sens?), nous avons dégusté un très bon thé au gingembre, et une savoureuse (et plus que copieuse) soupe-repas qui réchauffe, pour la mirifique somme de 12 euros.
Evidemment, les acras de morue parfumés de coriandre et la crêpe précédemment dégustés ne m'ont pas aidée à finir mon assiette, mais je ne regrette rien :-).

Tout sur "Le ventre de Bordeaux" ici : CLIC.

Et puis, deux jolis détails dans la rue : 


1 commentaire:

Chloé a dit…

Très jolie robe, que tu as l'air de porter très bien.
Je suis fan des boucles d'oreilles, leur style est vraiment chouette !