mercredi 4 juillet 2012

Acte II scène 2 : Gand la majestueuse




Cette architecture aux mille détails, et ces briques se détachant sur un ciel au gris perpétuellement changeant et lumineux... un vrai coup de foudre pour la région flamande !
 Gand est plus grande, plus froide aussi que Bruges, mais on y trouve l'un des tableaux les plus célèbres du Moyen-Age, et deux quais bordés de maisons disparates et incroyables, de la romane 1200, l'une des plus anciennes d'Europe, à des constructions 18e... Le mélange architectural est du plus bel effet (et le Routard "Belgique" donne plein d'explications passionnantes!)








Gand ou Gent, c'est aussi très beau la nuit, les illuminations ont obtenu des prix, il y a même un petit circuit à faire, mais je n'ai pas réussi à prendre une photo convenable...




Et puis d'autres photos : 




le beffroi

les belges prévoient tout, même pour leurs fontaines : un étage pour les chiens, un pour les chevaux, un pour les oiseaux!
 Une chose est sûre : ce que j'ai beaucoup apprécié, à Bruges comme à Gand, c'est que la vie quotidienne des habitants du cru est sensible partout, aux fenêtres, aux terrasses, habitats luxueux et plus populaires se jouxtent, ce patrimoine exceptionnel est vivant, vibrant : je n'ai jamais eu l'impression d'être dans des "villes-musées", même dans les lieux très touristiques, les locaux vivent là, au milieu de tout, et pas ailleurs !
Ah, et autre chose : moi qui ne connaissais le néerlandais que parlé par des Hollandais, dont je trouvais l'accent fort peu agréable à l'oreille, je l'ai trouvé ici, parlé par les Flamands, charmant et chantant. Je me suis même branchée sur des radios locales, écoutant l'accent sans comprendre.
Et j'ai pu constater une chose étrange : même à la radio, sans image, et dans une langue dont je ne comprends pas un traître mot, la pub est identifiable et tout aussi insupportable !
D'où un petit billet d'humeur :
Je hais la pub. La zizique de synthèse, l'enjouement forcé des voix et les intonations formatées sont les mêmes dans le monde entier... J'ai déclaré une allergie épidermique, depuis l'enfance, à ce fléau qui vient tout polluer, nos mails, nos émissions, nos chansons, nos repas à l'extérieur, nos trajets en bus, nos séances de cinéma, et cela m'inquiète et me hérisse que la plupart des gens disent "ne plus y prêter attention". Ce n'est pas une bonne chose ! Cela signifie qu'on est désensibilisé au point de la laisser nous pénétrer sans y prendre garde. C'est une véritable nuisance sonore. Si encore elles étaient originales, drôles... mais pour une d'intéressante, originale, créative, soigneusement sélectionnée pour un festival, combien sont banales, voire pleines de relents peu recommandables de sexisme (Les 3 Suisses : "Les femmes ont enfin trouvé leur point G (sous forme d'armoire à vêtements)!!!!!!), de racisme (voir les problèmes récents de Nivéa), de bêtise consensuelle flattant le riche inculte (pour une voiture, dans une montagne sublime : "Tellement belle que vous n'aurez même plus envie de contempler le paysage") ou au contraire de "valeurs" surfaites ("Il y a des choses qui ne s'achètent pas"), etc.
Et celles qui passent à la radio, en particulier, sont désespérantes de banalité, on croirait entendre dix fois la même... les supermarchés remportant la palme.
Fin de la digression. Je milite pour des pubs silencieuses, et pas trop grandes. Parce que si je commence à parler des panneaux qui défigurent tout... Des petits marmots, dans le métro, surplombés par d'immenses femmes aux postures d'une vulgarité sans nom (marques de vêtements ou chaînes de magasins que je ne citerai pas...)... On ne m'arrêtera plus !

1 commentaire:

Astopia a dit…

L'architecture belge est incomparable et rend les photos vraiment particulières et charmantes.