lundi 26 mai 2014

Mon Belmondo

Quand j'étais jeune, oui, très jeune, j'ai vu A bout de souffle, Léon Morin prêtre, Tendre voyou, L'Incorrigible, Le Voleur, et L'As des as... et ce fut foutu, trop tard, j'étais amoureuse. De Bébel, oui, du bel Jean-Paul, avec son nez épaté et un peu de guingois, sa bouche presque trop charnue et son sourire enfantin ou ironique. De sa silhouette sèche et solide de vrai sportif, de son jeu plein d'élan et d'allant, alliage unique d'humour et d'énergie. De ses manières quelque part entre la théâtralité italienne, le boulevard et le vaudeville, de son regard faussement naïf. De son côté jeune chien fou que l'on pourrait facilement sous-estimer, de son côté casse-cou, de sa virilité pure sans la moindre trace de dureté. 
C'est mon Belmondo à moi, immortel, et aucun navet, aucun ridicule postérieur, aucun article people, aucune interview télévisée récente et stupide (pléonasme ?), aucun hommage mal placé ne pourra me l'enlever. Il reste pour moi en noir et blanc, la classe et le naturel mêlés, et pouvant jouer bien des belles choses, lorsqu'on lui en offre l'occasion. Et tant pis pour les navets. 




J'affectionne sa simplicité, sa spontanéité, et certaines de ses manières de voir, tout particulièrement dans cette interview que je n'arrive pas à retrouver et où, jeune, il s'insurge contre la médiocrité des programmations proposés dans les quartiers populaires (merci, depuis, à des cinémas comme le Méliès de Montreuil d'avoir vu le jour), et dit qu'on méprise les habitants de banlieue lorsqu'on part du principe qu'ils ne peuvent pas apprécier les films d'auteur.

C'est mon éternel masculin à moi (enfin, l'un d'entre eux), même s'il fume trop sur les photos. ^^















 


L'émission Blow up sur Arte, conçue par Luc Lagié, à la voix si agréable, m'a donc fait bien plaisir, deux fois, et même trois :



4 commentaires:

Iliana a dit…

Ah... les photos 6 et 10...
C'est moi, ou il a un petit côté Jack London ?
En tout cas, même si c'est un acteur que je ne porte pas forcément dans mon coeur pour ce qu'il est devenu, j'avoue que chez Godard...
Et les jambes de Sophia Loren... waouh !

Manon Naïs a dit…

Chchchttt, voyons, ne mets pas l'accent ainsi sur mon point faible !!
Oui, c'est pour ça que je le garde dans mon coeur pour tous ses personnages au grand coeur. Dans l'As des as, quand il se paie la tête du garde allemand en disant "ein ourson", j'éclaterai toujours de rire. Et... "Si vous n'aimez pas la campagne... si vous n'aimez pas la mer.. si vous n'aimez pas la montagne... allez vous faire foutre". :-)
Ah ça, Sophia, c'est la grande classe, même en tee-shirt !

Cél a dit…

Oh oui, il a tellement de charme, je te rejoins! C'est drôle, j'avais depuis longtemps envie de faire un post sur l'idéal masculin... J'avoue que d'emblée, je pense à d'autres acteurs... Tous vieux (ou disparus), malheureusement (ou heureusement pour mon mari?... :-)) Qu'est-ce qui fait qu'untel a du charme, et pas un autre?... En tout cas, je te comprends, ton Bebel est bien séduisant! A vite, Belle Manon!

Manon Naïs a dit…

Oui je penserais à bien d'autres aussi, avec en tête peut-être Redford et Newman. En revanche la beauté de Delon me glace, même indépendamment de la personne. Mais j'ai choisi Belmondo dans ce post parce que je trouve que son image actuelle efface trop ce qu'il a été, les beaux films qu'il a fait, et pas qu'avec Godard ! Sans parler du théâtre. J'aurais rêvé qu'il tourne un Arsène Lupin, il était parfait pour cela.