dimanche 20 novembre 2016

Couleurs d'automne rue des Thermopyles (1er novembre)

Ca vaut le coup de s'arrêter station Pernety (XIVe). En effet, après un déjeuner à L'Entrepôt (jolie verrière, bons petits plats, cinoche, rencontres culturelles...), on peut se promener rue des Thermopyles.
Je vous avais déjà parlé de ce joli coin tout calme ICI.
Je récidive pour quelques clichés aux couleurs de ma saison préférée, avec une robe en soie brique Comptoir des cotonniers d'une ancienne collection, rétro à souhait ; longtemps traquée et enfin dénichée sur Ebay pour 40 euros, et des bottines Heyraud de la collection A-H actuelle (elles étaient en promotion récemment), très confortables et de cette teinte si difficile à trouver, ni orange, ni marron, ni camel (beuah), mais bien parfaitement fauve. La fabrication est espagnole.
Le pendentif, en forme de rose, très délicat, date des années quarante ; il est en simple métal doré, et ne m'a coûté que 20 euros (sans la chaîne). Il vient de chez Symbolique, une de mes boutiques vintage préférées pour les bijoux, rue de Cotte dans le XIIe. J'y avais déjà trouvé, pour 120 euros, un bracelet en or rose des années 30, visible ICI. Le patron est un authentique amoureux des jolies choses, fin connaisseur, extrêmement sympathique (sans parler de ses tenues toujours magnifiques de qualité, de confort et de coupe), et qui fixe vraiment ses prix au plus juste, compte tenu de la valeur et de la rareté de sa sélection.

Je n'ai pas eu le temps de faire une vraie séance photo soignée, mais à l'heure où les dernières feuilles rejoignent le sol, j'avais envie de partager ce petit moment quand même. Pour ce qui est des vêtements et du collier, vous les reverrez bientôt avec d'autres assemblages... car j'avance dans un certain projet "garde-robe" d'envergure, que je présenterai ici, j'espère, d'ici quelques mois.

En attendant, une belle fin d'automne à tous ! Et à ce propos, la plus belle récitation que j'aie entendue depuis longtemps, c'est la Chanson d'automne de Verlaine par Paula Beer dans Frantz... Le film vaut d'être vu, rien que pour elle.











Aucun commentaire: