mardi 6 septembre 2011

Pour faire ce qu'on veut avec nos cheveux, rien ne vaut la nature...

Mes cheveux sont en pleine forme !



Exégèse d'une renaissance (rien que ça !) :
- Depuis trois ans je n'utilise plus que des produits sans silicone, ni PEG, ni SES (les plus difficiles à éviter, il y'en a même dans le labellisé bio), et mes cheveux en sont transformés. Ils sont légers, ils ont l'air en forme même après plusieurs jours sans shampoing ou une agressive journée d'été, je n'ai plus jamais de fourches et ils brillent bien davantage. Seulement, il faut savoir attendre un peu, car au début, lorsqu'on arrête les produits traditionnels, ils ont l'air plus secs en raison de l'absence du tricheur silicone. Mais au bout de deux mois, on commence à voir le résultat, et on n'est pas déçue ! 
Pour les shampoings, mon coeur balance fréquemment.
En revanche, après bien des recherches, j'ai déniché l'après-shampoing parfait et je suis contente de pouvoir vous présenter mon chouchou absolu, sans lequel mes cheveux ne passeraient pas l'hiver :
Un peu cher à l'achat, mais le flacon dure longtemps (300 ml, s'applique en petite quantité). Et il sent vraiment très bon !

- Je précise d'autre part que mes cheveux n'ont jamais vu la couleur d'un appareil chauffant, que ce soit un fer  ou un sèche-cheveux, et cela joue également. Ils sont longs et épais, ils sèchent lentement, et alors ? Je les lave le soir, je les presse longuement avec plusieurs serviettes (sans frotter), ils sèchent tranquillement et finissent de prendre une jolie forme sur l'oreiller pendant la nuit. Tout le monde ne peut s'en passer, c'est certain, mais essayer de limiter l'usage des appareils chauffants (notamment en été), c'est déjà bien !
Je les peigne humides, après le shampoing, avec un peigne en bois, et le moins possible à sec : s'il y a un noeud, j'humidifie avant de peigner. Curieusement, depuis que je fais ça, le plumeau de cheveux cassés sur le dessus de ma tête a nettement diminué :-).
Entre deux shampoings, je les démêle en douceur avec une brosse en poil de sanglier. J'évite également les accessoires trop serrés qui marquent le cheveu.
En gros, je soigne un peu ma crinière comme une plante verte... Et dès que j'ai le courage, je les rince à l'eau froide. Dans tous les cas, j'évite de les laver à l'eau très chaude, ça excite la sébhorrée du cuir chevelu et cela ouvre les écailles. Lors du shampoing, j'essaie de masser sans  frotter ni "lessiver", je me contente de mobiliser le crâne avec la pulpe des doigts. Frotter, trop faire mousser, ça agresse le cheveu. D'ailleurs en général les shampoings bio moussent moins, et les gens ont du mal à s'y habituer, mais c'est mieux ! (pour la flore du cheveu et celle de la nature...)
- Pas de coloration chimique depuis 7 ans ; je m'offre de temps en temps des couleurs 100% végétales (marque Terre de couleur, teinte Blond vénitien http://www.biobela.com/coloration-vegetale/), dont les magnifiques reflets sont tout de même durables. J'ai trouvé un salon bien et très raisonnable sur les prix (29 le forfait coupe, 39 le forfait couleur classique adoucie, 49 le forfait couleur végétale) : Biobela, à Paris, dans le 9e : http://www.biobela.com/
Le résultat est discret mais vraiment visible : en général ensuite on me demande si j'ai fait quelque chose à mes cheveux, mais on ne pense pas ou on n'est pas sûr que ce soit une couleur. C'est ce qu'on cherche toutes, non ? Bien sûr le changement de couleur radical est impossible, ainsi que la décoloration, mais les cheveux blancs sont bien couverts, contrairements à ce qui se dit souvent (je l'ai constaté sur d'autres, moi je n'en ai pas encore mais ça ne saurait tarder :-). Et comme la couleur s'adapte à chaque nuance de la chevelure, l'effet casque (qui plombe et vieillit, pour le coup) ne passera pas par vous!
Actuellement je n'en ai pas fait depuis début avril, on peut donc considérer sur les photos qu'elle s'est entièrement dissipée.
Le + dans ces salons ? Vos cheveux sont encore plus beaux à la sortie (la couleur est aussi un vrai soin qui gaine le cheveu), et pendant le rendez-vous, au lieu d'une atmosphère irrrespirable de laque et d'odeurs chimiques, on hume à pleins poumons les senteurs de plantes, de fleurs, d'argiles... Mmm, on se croirait presque en thalasso.

Aucun commentaire: