vendredi 16 septembre 2011

Hommage à Roland Petit et Nicolas Le Riche

Le Jeune homme et la mort : un grand ballet, que beaucoup connaissent interprété par Jean Babilée, son créateur, et les incontournables Noureïev et Baryshnikov. Mais la version que je préfère, c'est celle du grand Nicolas (par opposition au petit Nicolas de votre choix), dansée par lui pour la première fois avec Pietragalla, en 1993, et à de nombreuses reprises par la suite.
La version qui suit est assez récente, avec Marie-Agnès Gillot. C'est très beau. Ce grand corps, tout en muscles, qui se recroqueville et se détend, ce grand corps viril et sec dont l'énergie vitale palpite, noircit et fuit comme celle de la musique de Bach...
Roland Petit raconte que la première fois qu'il a vu Nicolas répéter ce ballet, il en eut des frissons partout, ce qui lui arrivait très rarement.


A propos de ce ballet, dans un documentaire sur Jean Babilée, ce dernier rapporte une théorie de Cocteau qui explique le triplé de nombreux pas : "La première fois, le public voit le mouvement, la deuxième fois, il le remarque, la troisième fois, il le reconnait".
Ce fut le début d'une grande et féconde collaboration entre Petit et Le Riche, au sein de laquelle je place au-dessus de tout son interprétation de Quasimodo dans le ballet Notre-Dame de Paris, créé en 1965 et dansé par lui pour la première fois en 1989. Il y est époustouflant, bouleversant, un Quasimodo inoubliable, aussi intense par les gestes que le personnage de Victor Hugo l'est par les mots :



Si vous vous faisiez déjà une petite idée de la précision des mouvements d'un danseur classique et des années d'efforts qu'il fournit afin de corriger le moindre déséquilibre, imaginez-vous ce que c'est que de danser une heure avec une épaule relevée ?
Et quel jeu, quelle expressivité. Quelle scénographie... Selon moi, l'un des plus beaux ballets de l'immense répertoire de Roland Petit (que j'apprécie énormément), et du répertoire néoclassique en général.

Un beau film sur Nicolas Le Riche a été tourné en 1998. L'intégralité est visible sur Youtube par extraits :


Roland Petit est brutalement décédé le 10 juillet dernier, à 87 ans, des causes d'une leucémie foudroyante. Longue vie à son oeuvre.

Saviez-vous que c'est sa mère qui créa la maison Repetto, dont toutes les modeuses raffolent aujourd'hui ?

Aucun commentaire: